Les prénoms en disent long sur nous !

Le 12/04/2019

Quoi de plus intime et personnel que son propre prénom ? Il est essentiel aussi bien sur le plan culturel que comportemental. Ce « petit nom » qui permet de nous distinguer peut très bien impacter notre vie personnelle et professionnelle. Mais il est surtout le reflet d'une époque et devient ainsi un levier marketing de choix.

D’après les sociologues Desplanques et Besnard "(...), le choix d'un prénom doit permettre d'affirmer sa ressemblance avec ceux auxquels on s'identifie, ou dont on souhaite se rapprocher, et en même temps de marquer ses distances avec ceux dont on souhaite se distinguer." D’un point de vue culturel, l’influence joue également un rôle important, c’est un véritable registre de transmission : prénoms régionaux, religieux, ou bien ceux de nos ancêtres, etc. 

Crée dans le groupe Bayard Presse à la fin des années 80, le score prénoms est aujourd’hui encore un levier d’acquisition efficace pour toutes les campagnes postales et digitales.  Stéphane Barthélemy se souvient avoir d’ailleurs travaillé avec Guy Desplanques pour affiner les modèles de l’époque.

Définition du score prénoms : score de probabilité de réponse ou d’âge à partir d'un prénom dans une base marketing. Il peut supposer la probabilité d’appartenance à une certaine catégorie ou classe sociale. Le score prénoms peut par exemple être utilisé dans le domaine du fundraising pour cibler des individus d’un certain âge ou pour cibler des acheteurs potentiels de biens ou services dont la consommation est liée à l’âge (voir graphiques ci-dessous). 

Courbe popularité de prénoms_Stéphane_Virginie_Louise_Paul_Adress Company_commenté

Attention, tous les prénoms ne peuvent pas être utilisés avec la même performance. Si les Virginie et les Stéphane sont bien répartis, les Louise et Paul fournissent une moyenne moins fiable à cause de leur écart-type important.

Jérôme Fourquet, analyste politique français, explique que "le prénom est un marqueur de l'évolution des segmentations". Mais la croissance du registre français des prénoms - 2 000 dans les années 60 contre plus de 13 000 aujourd’hui - va-t-elle complexifier le scoring et augmenter le nombre de segments ? Peut-être, mais dans tous les cas, l’objectif est de toujours mieux segmenter et personnaliser les messages. Les publicitaires ont donc tout intérêt à utiliser le score prénoms dans leurs campagnes de marketing direct.

On le constate : les prénoms resteront pour longtemps un des leviers importants de la relation et de la connaissance clients. Ne les négligez pas, ou bien vous vous ferez appeler Arthur !